• Michaël Gonnet

À bon entendeur...

Nous avons cru à la fin du monde – La folie depuis des décennies n'a cessé de croitre – La folie d'un système où l'homme ne se reconnaissait plus – Des courses et des combats à en perdre haleine – Trop de masques sociaux – De bienséance – De politique – D'économie – De clivages – D'individualisme – De langues pendus et baveuses – Des oui qui sont des non – Des non qui se prononcent oui – Le réel paisible transformé en illusions mensongères – Tout est ouvert – Tout est possible – Les abus nous ont envahi de façon exponentiel – Les addictions en tous genres et de toutes formes ont plongé l'homme dans les dépendances – Nous sommes devenu des buvards

incapable d'étancher nos soifs de satisfactions – Nous étions dans un processus d'illusions – Toujours plus exigeant – Égoïste – Capricieux – Matérialiste – Prêt à s'oublier – Peur de perdre et

de manquer – Les réseaux qui s'affolent – Ne plus être – Prêt à vendre notre âme – Préférer les autres que soi-m'aime – Croire que la solution ne nous appartient pas – Dirigé par celui qui parle

dans la boite – Nous avons cédé à la pression et avons failli quitter le réel – Dans les lumières des villes où la nuit on voit comme en plein jour, tout est devenu pénombre et cloque – Les caméra film le désert –

« Mario ! Prend ta sœur et filez ! Il arrivent ! Vite je te dis, dépêche-toi ! Prends des masques, préviens Fat et Batiste sous l'escalier, dis leur de vous accompagner ils connaissent mieux les

petites rues qui mènent au chantier. J'appelle Mira pour qu'elle vous ouvre. Dépêche toi !!! »

Les indignés se battent – Les résignés tombent – Souffrance commune de ne pas avoir compris à temps – Suffisamment tôt – Coupé de notre ressenti étouffé – Suffoqué et continuer – Dix expires pour un inspire – C'est la bagarre sans force – L'ennemi est infime et plus grand – On ne le voit pas il est partout – On se regarde – Doutes – Vengeances – Frustrations – Meurtres – Suicides - Les peurs ne se comptent plus – Paniques – Délations – C'est la fin... –

Incompréhension... – La distance nous rapproche – Sous le masque les masques tombent – Les règles nous apprennent à désobéir – À braver les interdits – La loi vacille – Dissolution – Ebauche – Discutions – Ça magne et ça remagne – L'information est pire – Toujours la même – Elle saoule plus qu'un litre de whisky bu cul sec – Les pour, les contres – C'est une autre folie – Les peurs et les Frustrations tournent – Les enjeux me regardent – L’étau se resserre – J'ai mal à la tête – La vie au fond reprend – Je renaît – Zéro culpabilité – J'ai besoin de moi – J'ai une question qui me concerne – Je vibre – Je tremble – J'ai froid – J'épure – Je trie – Je jette – Je fais de la place – J'élague le trop – Assez me rend léger – L'essentiel s'impose – Le réel est là – J'ai peur autrement – Je sens et je

ressens – Putain de merde je suis vivant – J’existe – Je sens la terre sous mes pieds – A l'arrêt le soleil sur ma peau – Je sens le temps – Il passe moins vite – Merde j'ai le temps – Où j'étais depuis tout ce temps – J'irai nul part sans moi – J'ai besoin de me savoir – d'être là – Besoin des autres

autrement – De relations – de regards – De toucher – De sentir – D'être vrai dans une vie

normale !... –

« Sortez, cette zone est interdite ! »

Quoi qu'il arrive, ne jamais abandonner !

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le tribun

Trois barils composaient une estrade improvisée à la hâte. Lui, l'étranger, l'homme révolté, il était là, dressé, puissant, haranguant la foule avec talent. Des épées de soleil terrassaient la place o

Caligula

Caligula : C’est une vérité toute simple et toute claire, un peu bête, mais difficile à découvrir et lourde à porter. Hélicon : Et qu’est-ce donc cette vérité, Caïus ? Caligula : Les hommes meurent et