• Josette Levot

À tu et à toi

Toi l'homme

Toi qui n'as rien ni personne.

À genoux devant les rois

Et soumis par la foi

Je t'appelle sans te nommer

Je t'appelle et je te nomme

Toi l'homme

Par les travaux abîmés

Par les armées décimées

Par les hommes cloués

Car tu n'es pas le Dieu

L'hôte des cieux

L'hôte pieux

L'hôte silencieux

L'hôte radieux

L'hôte furieux

Ni le masque scellé sur les choses

Ni le masque que le temps décompose

Mais les choses elles-mêmes

Que le temps effeuille et sème


Et davantage encore, leurs cendres, leurs fumées

Et toujours l'homme consumé

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Histoires de points de vue

« Quoi ? Comment ça ? Mais c’est quoi ce bordel ? A quoi tu sers depuis tout ce temps, si tu n’es pas capable de changer le monde ? Je te laisse gérer pendant que je m’occupe des gosses et c’est ça qu

Madame,

Je ne vous connais pas mais j’aurai aimé vous écrire ce petit mot, un petit mot de cinq lettres pour exprimer ma gratitude, ce mot que l’on utilise souvent n’est pas forcement celui auquel vous pensez

Lettre à mon ange gardien

Chère Madame, Je ne sais pas si cette lettre vous parviendra mais je tenais absolument à vous remercier pour le gage que vous avez donné à l’humanité en venant à mon secours, l’autre jour sur le périp