• Josette Levot

À tu et à toi

Toi l'homme

Toi qui n'as rien ni personne.

À genoux devant les rois

Et soumis par la foi

Je t'appelle sans te nommer

Je t'appelle et je te nomme

Toi l'homme

Par les travaux abîmés

Par les armées décimées

Par les hommes cloués

Car tu n'es pas le Dieu

L'hôte des cieux

L'hôte pieux

L'hôte silencieux

L'hôte radieux

L'hôte furieux

Ni le masque scellé sur les choses

Ni le masque que le temps décompose

Mais les choses elles-mêmes

Que le temps effeuille et sème


Et davantage encore, leurs cendres, leurs fumées

Et toujours l'homme consumé

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Oscar

Le Verre Rouge

A cette époque là, un verre rouge (il y en avait peut-être eu d'autres mais ils avaient disparus au fil des années) trônait majestueusement dans la vitrine de la desserte, au milieu d'autres plus mode

Le tableau évolutif

Elle entra dans l'agence de voyages temporels et demanda un billet pour le XVI siècle. Plus personne n'entendit parler d'elle, mais un jour, dans un musée viennois, un visiteur crut voir un nouveau pe