• Elisabeth Bellot

Élan

Radieuse, elle s’étire : elle ressent l’énergie diffuse de tous les muscles de son corps. Elle s’échauffe, se retourne vers l’éblouissante déferlante de gouttelettes irisées… s’élance dans le vide. Un cri strident sort de sa gorge. Légère, elle sent ses reins s’arc-bouter, ses jambes se replier en arrière dans une courbe gracile. Frêle brindille, aérienne plume, elle est projetée hors d’elle-même. Son esprit lui renvoie des images de trames invisibles, d’élans fantasques et lumineux. A chaque minuscule impulsion, elle s’échappe et s’envole. Connectée au ressac de cette gigantesque vague translucide, qui dévale jusqu’à ses pieds, elle inspire… haut, loin… Jaillir, bondir et rebondir dans l’azur… Ne pas entraver ce puissant sortilège qui la fond dans cette force invisible. Respiration et aspiration verticale. Abandonnant toute maîtrise consciente, livrée au mouvement, aimantée par le vide, elle devient oiseau aspiré par la lumière aveuglante de cette irréelle énergie.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Père Noël !

Cher Père Noël , Ma lettre va peut-être vous surprendre en cet hiver d'une année palindrome plus néfaste que sereine... J'ai longtemps cru en vous et mélangé dans mon esprit enfantin et naïf le petit

Cher Monsieur Noël,

Je vous dis vous, c’est plus poli quand on ne connaît pas. Je ne sais pas pourquoi on dit père Noël ou Dieu le père ; vous n’êtes pas mon père. Aucun de vous ne s’occupe de moi. L’un dit bienheureux l

Cher père Noël,

Cette année est particulière et ma demande tout autant. La production a été exceptionnelle. La proximité était si grande, imposée par des mains expérimentées. En conséquence, la descendance fut abonda