top of page
  • Constance de Margerie

Kifs

Mec, hier c’était ouf, putain ça me rend immortel, ça cogne encore, rho la vache, mec c’est dingue, un de ces kifs. Encore, j’en veux encore, la pêche que ça me file, pourquoi tu veux pas essayer, je t’assure c’est génial. Hein, quoi ? trainé dans la fange ? mais non mec c’est tout le contraire, mes journées passent tellement vite, je les éclate tous. Ça m’aide vachement tu sais, bon, en vrai mec, parfois je me demande si, attend… ça coupe, ouai mec, j’suis dans le métro. Attend qu’est ce que je disais ? ah ouai, je me demande si j’ai bien fait de me spécialiser dans le GAM. Hein, quoi ? GAM ah

c’est Global Asset Management, tu peux pas comprendre. Bref, j’aurais peut-être dû me trouver une petite agence de quartier, posée là OKLM. Ouai mais non… Wall street, la London Stock Exchange,

mec un kif, tu peux pas savoir, un putain de voyage, non l’agence, oublie ça me file des pustules, c’est pas pour moi ça. Pas assez de speed, pas de dead-line. Attend mec, bouge pas je descends, mec y’a

un con qui bloque la sortie. Putain, mais bouge ton cul là. Hein ? non c’est pas à toi que je parle.

Hein ? ouai je me calme, t’as raison, ouai je suis sorti, attend putain là y’a un gros souci, putain je vais peter un câble, la grille est fermée et y’a une pancarte. Hein, quoi ? ouai je vais te la lire. Mec, je viens de te dire que je vais te la lire : Pas de cardiotraining aujourd’hui pour cause d’inondation des installations.

Merde, merde, merde, comment je fais moi ? merde. Hein, comment ? qu’est ce que tu dis ?

Rebondir ?

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Point de vue ”L’oreille bandée” Van Gogh

d’après Joconde jusqu’à cent Point de vue du Hare Krishna Hare Krishna, adorez-moi mes amis, je suis votre Gourou, écoutez mes chants, dansez sur mes pas, et l’illumination viendra en vous. Comme Van

Brèves de plage

Ce galet en forme de cœur, posé sur ma table, me ramène inlassablement sur la plage d’une ville balnéaire de Bretagne où j’ai passé quelques jours cet été. J’avais réservé une chambre, un peu par ha

Dans la rue

Je m’appelle Éric, c’est ce que je lui ai dit à elle. En vrai, c’est mon deuxième prénom, le premier est trop moche. Je vis dans la rue. Enfin vivre, ce n’est pas le mot, je survis. Depuis combien de

Comments


bottom of page