• Monique Derrien

Acte de foi

Mis à jour : janv. 22

Mon Dieu, donne moi la force d'aider tous ces pauvres gens.

Ils sont là, sans foyer, sans rien à manger. Les enfants s'accrochent aux vêtements de leurs mères. Il fait si froid dehors. J'ai honte d'avoir autant et eux si peu.

Que puis-je faire ?

Tu me connais. Tu sais, TOI, que je n'ai jamais rien demandé pour moi. Je suis né pour te servir, ce que je m'efforce de faire le mieux possible depuis que je suis rentré dans les ordres.

Là, il ne s'agit plus de sauver des âmes. La vie de tous ces pauvres gens est menacée.

AIDE MOI

Pierre, qu'as-tu fait de la confiance que tu m'as accordée ?

Ne sais-tu pas que dans les moments difficiles, je suis plus particulièrement auprès de toi.

Tu possèdes en toi, la force, la volonté, la foie.

VAS PARDON d'avoir douté.

Je vais construire, avec le concours de certains, des habitations simples mais dignes qui accueilleront les plus démunis.

J'irai mendier auprès des gros commerces, de la nourriture, même celle qu'ils trouvent indigne d'être vendue, celle qui est destinée à être jetée.

J'implorerai le gouvernement de daigner poser son regard sur ce que la société de consommation laisse sur le quai. Une foultitude de gens qui voient passer les trains sans jamais pouvoir y monter. Les exclus de la société. Ceux qu'on essaie de parquer en-dehors des villes afin de ne pas faire désordre.

Tous ensemble, nous allons réaliser ce projet et peut-être que ceux qui ont été aidés, aideront à leur tour, que les habitations se multiplieront pour accueillir plus encore.

On dit que la foie peut soulever des montagnes.

Je veux y croire, je dois y croire, pour garder intact au fond de moi, et malgré ces épreuves, la joie que tu m'accordes et que je sens parfois si fragile.

MERCI

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le tribun

Trois barils composaient une estrade improvisée à la hâte. Lui, l'étranger, l'homme révolté, il était là, dressé, puissant, haranguant la foule avec talent. Des épées de soleil terrassaient la place o

Caligula

Caligula : C’est une vérité toute simple et toute claire, un peu bête, mais difficile à découvrir et lourde à porter. Hélicon : Et qu’est-ce donc cette vérité, Caïus ? Caligula : Les hommes meurent et