• Sylvie Dumas

Ailes

Mon dieu qu’elles étaient vieilles. Elles devaient avoir mille ans à elles trois. Et elles étaient bavardes. Trois sœurs jumelles. Infatigables. Je les ai toujours connues très vieilles, ridées comme le dessus des rivières. Elles connaissaient tout le monde. Leur mérite n’était pas bien grand, le village rassemblait à peine une centaine d’habitants. Mais l’été, on se serait cru à St. Tropez tellement la foule de touristes débarquait. Elles appelaient ça “l’invasion des titans". Mais c’était leur période préférée, distribuant des “Bonjour”, des “Guten tag”, des “Hello”, “Buenas dias”, “Sayonara”, à chaque sourire tourné vers elle. Et des sourires, elles en recevaient par milliers. Elles en faisaient leurs quatre heures. Je me suis souvent demandée si ce n’était pas leur cure de longévité. Elles saluaient les chiens, parlaient aux enfants, se laissant tirer le portrait avec malice. Toutes les trois habillées et coiffées pareil, elles attendrissaient les humeurs les plus glacées.

Elles sont mortes comme elles ont vécu, ensemble, en même temps.

Et ce n’est que depuis lors, que l’on ferma les volets de leur fenêtre, comme l’on ferme nos paupières.




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ephémère

« Mais le pire, est qu’ils soient des oubliés et qu’ils le sachent. Ceux qui les connaissaient les ont oubliés parce qu’ils pensent à autre chose et c’est bien compréhensible. Quant à ceux qui les aim

Algérie

« Janine ». Elle sursauta à l’appel de son mari. Elle pensa une fois de plus combien ce prénom était ridicule et combien elle le détestait. Elle avait été tentée bien des fois d’en imposer un autre ma

© 2016 Écrirensemble site officiel