top of page
  • Jean-Pierre Paraire

AUTRES RUES ! AUTRES VIES !

Il fait bon ce matin à la mi-temps de septembre. Au pied de nos boites aux lettres une fois de plus un papier à terre. Rejeton d’une publicité mille fois intruse, mille fois inutile, ”Resto Pizza” fait sa pub. Ils appellent ça un ”Flyer”. Indigestion assurée rien qu’à voir les photos. Enfin un ciel tout clair, encombré par la flèche de la grue du chantier voisin, ses mouvements en reflètent sa vie active. Les containers poubelles, vides, la gueule ouverte attendent d’être reconduits dans leurs tanières. Fin de leur énième nuit à la belle étoile, avant d’être re gavés d’ordures et rejets alimentaires Un père pressé, guide une poussette dont son tout jeune passager finit paisiblement sa nuit. Les trottoirs de notre rue devenus le parcours favori des chiens du quartier accusent leurs passages récents. Changement de rue, changement de vie. De la bouche de la station de métro sort un flot d’hommes et femmes pressés d’arriver à leurs postes de travail. En sens inverse d'autres s’y engouffrent tout aussi pressés. Déjà la queue chez mes boulangères préférées pour leurs délicates viennoiseries. L’odeur de leur fournil est rattrapée par l’odeur de la rôtissoire de la boucherie voisine. Pause dans le métro, toutes et tous scrutant leurs smartphones. Je dois être le seul à regarder, à découvrir voisines et voisins. Sortant de la station ”Belleville” que de bruit, que de monde, les immeubles me semblent des grattes ciels, un patchwork d’odeurs de cuisines, chinoises, orientales qui sont bien réelles, confortées par les devantures de restaurants aux noms évocateurs. Les terrasses des cafés semblent immenses, bien posées, bien en place sur de larges trottoirs, confortablement accueillantes laissant un couloir des plus réduit aux piétons de multi nationalités. Elles ne semblent pas toutes nouvelles, voire intrusives comme celles récemment installées dans d’autres rues, à l’accueil de quelques chaises et tables isolées du passage des voitures par des palissades bien que perméables aux vélos et autos… Nombreuses de ces nouvelles terrasses sont mieux construites, prenant leurs aises dans la durée , conçues par des artisans professionnels, urbanistes nouveaux donnant une toute nouvelle image de nos villes. Il faut les voir s’exploser le soir, bouillonnantes de convives heureux de se retrouver dans cette supposée pause du Virus et de ses nouveaux complices. Est-ce un armistice ? Un cessez-le-feu COVID 19 and Co ?

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Brèves de plage

Ce galet en forme de cœur, posé sur ma table, me ramène inlassablement sur la plage d’une ville balnéaire de Bretagne où j’ai passé quelques jours cet été. J’avais réservé une chambre, un peu par ha

Comments


bottom of page