• ...

Aux armes citoyens !

de Fatima Jacques Chers frères et sœurs, Depuis janvier, le coronavirus attaque violemment notre pays. Cet ennemi invisible et imprévisible peut frapper chacun de nous, jeunes et vieux. Les enfants aussi peuvent l’héberger sans le savoir. Dans votre entourage, des parents, des amis, ou des voisins sont touchés. Certains sont peut- être déjà décédés seul, sans le soutien de leur famille. Quelle tristesse ! Mais peut-on comprendre cette calamité ? Peut-on lui donner sens pour mieux lui résister ? Je me souviens des jours précédant le confinement décidé pour le 17 mars dans notre pays. Sur l’île grecque de Lesbos, des réfugiés continuaient d’arriver et ils furent violemment rejetés en mer. Certains arrivaient à pied depuis la Turquie. Une horde humaine qui marchait depuis plusieurs jours à la recherche d’un lieu où se poser et aspirant à une vie nouvelle, loin des guerres et des désastres du Proche-Orient. Là encore ils furent repoussés violemment par des gens qui n’en pouvaient plus d’accueillir des réfugiés alors qu’eux-mêmes vivaient dans l’incertitude et la précarité. Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi ? L’Europe, pays de l’abondance, de la sécurité et de la stabilité aux yeux de nombreux pauvres de la Terre, les attire comme les mouches un pot de miel. L’homme ne se contente pas de sa misérable existence. Crée à l’image de Dieu, il veut s’en approcher et aspire à vivre dignement et à transmettre à ses enfants les valeurs de bienveillance, de partage et de joie. Que dire de leurs responsables politiques qui oublient leur responsabilité morale vis-à-vis de leurs peuples affamés et profitent du chaos généré pour s’enrichir et gonfler d’orgueil. Pour que ce constat ne nous engloutisse pas, Mes chers frères et sœurs, en ce temps de confinement, célébrez le temps présent. A chaque geste du quotidien, soyez présent. Ouvrez grand vos yeux et vos âmes. Aspirez à la vraie vie. Changez vos regards, attardez- vous sur le myosotis et la primevère qui éclosent en ce printemps. Sentez la chaleur fraîche du soleil printanier sur votre peau. Fermez les yeux et danser au chant des oiseaux. Goûter l’odeur de l’herbe fraîchement coupée. Penchez- vous à genoux et observez la fourmilière en effervescence. La fourmi n’a que faire du virus, elle travaille inlassablement à construire sa maison et à nourrir sa colonie. Faites de même ! Ne vous souciez de rien et gardez confiance. Ce temps est pour vous. Faites le germer et qu’une pousse différente grandisse et s’affermisse en vous pour le grand retour dans le monde. Que l’humilité, la joie, et l’espérance s’épanouissent en vous et que rapetissent l’égoïsme et l’orgueil. Il n’y a rien à comprendre, il faut juste exister et dire oui à la vie. Un grand OUI maintenant et jamais y renoncer. OUI je ne remettrai rien à plus tard. Vivre l’aujourd’hui de ce jour et avancer en semant des graines d’amour, de paix et de joie. C’est aujourd’hui que se joue demain. Mes chers frères et sœurs, RESTEZ CHEZ VOUS ! ECRIVEZ ! Père Ignacio

Posts récents

Voir tout

LE DISCOURS

de Laurence de la Chapelle Qui suis-je pour porter au pinacle ma parole ! Un humble technocrate, un grand aristocrate ou tout simplement un homme qui ne trouve plus sa voie au milieu de vos excès et

Mes chers concitoyens,

de Michèle Sartout Merci ! Merci de vos suffrages. Malheureusement, chers électeurs, vous ne m’avez pas accordé, comme je l’escomptais, la majorité absolue. La liste concurrente portée par Guillemine

Un discours de trop

de Raphaël Kahan Ouf ! Après des décennies de dur labeur à une cadence effrénée, je vois enfin arriver le bout du tunnel, la fin du calvaire. Mettez-vous à ma place… En ce jour du 27 juin 2020, nous

© 2016 Écrirensemble site officiel