• Raphaël K

Bonjour Père Noël,

Je t’écris pour te présenter ma demande pour le 25 décembre.

Ce sera peut-être ma dernière, toi seul peut œuvrer pour me démentir.

J’ai beaucoup travaillé depuis quatre ans et j’estime avoir mérité une certaine reconnaissance, et je n’arrive pas à l’obtenir.

Je fais appel à toi pour m’aider à retrouver ma légitimité. Pour cela il suffit de débusquer les tricheurs à l’origine de cette manipulation des élections dans mon pays.

C’est moi qui ai gagné les élections et personne d’autre. Mais ce n’est pas aussi simple. Si tu arrives à exhausser mes vœux, je te promets de verser une grosse subvention aux amis du père Noël.

Tu sais que je suis le meilleur et c’est totalement injustifié de ne pas me proclamer président à nouveau.

Je n’arrive pas à le prouver mais il y a eu de la triche, c’est sûr, ces démocrates sont trop malhonnêtes pour avoir pu gagner avec une

personne qui est presque aussi vieille que toi.

Je n’ai pas réussi à faire tout ce que j’avais prévu en quatre ans. En plus, avec ce qui se passe, cette nouvelle pandémie, le changement de l’économie mondiale, cette nouvelle crise qui se profile à l’horizon, je suis persuadé de pouvoir accomplir des choses encore plus extraordinaires qu’aucun président avant moi.

Cela me laisse une amplitude colossale où mon imagination

débordante pourrait m’entrainer sans aucun garde-fou possible.

Je te promets un bordel puissance plus.

La vie sur terre sera tellement fantastique que tu deviendras

incontournable. Ce sera tout à ton avantage et je suis sûr que ton activité augmentera comme jamais.

Je te propose une collaboration pour un partenariat où je suis sûr, tu ne seras pas déçu.


Bien à toi

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le tribun

Trois barils composaient une estrade improvisée à la hâte. Lui, l'étranger, l'homme révolté, il était là, dressé, puissant, haranguant la foule avec talent. Des épées de soleil terrassaient la place o

Caligula

Caligula : C’est une vérité toute simple et toute claire, un peu bête, mais difficile à découvrir et lourde à porter. Hélicon : Et qu’est-ce donc cette vérité, Caïus ? Caligula : Les hommes meurent et