• Nicole Beyou

Combray le 3 décembre 1878

Cher Père Noël


Comme vous le savez, mes parents m’obligent à me coucher de bonne

heure ce que je déteste parce que ma chambre se trouve à côté de celle de Tante Léonie dont j’ai un peu peur. Elle est toujours malade et je ne voudrais pas attraper ses maladies. La seule chose que j’aime chez elle, ce sont ses madeleines trempées dans le tilleul mais je n’y ai pas souvent le droit.

Une autre chose que j’adore, ce sont les asperges préparées par

Françoise mais ce n’est pas la saison.


Donc, pour Noël voilà ce que j’aimerais.

D’abord, avoir l’autorisation de me coucher tard pour une fois.

Ensuite, est-ce que vous pourriez faire en sorte que Tante Léonie change de chambre et que Maman s’installe à sa place comme cela je n’aurais pas à attendre trop longtemps chaque soir son dernier baiser ?

Pour les asperges, je pense que je peux attendre mais si vous en trouvez sur votre route, merci d’en déposer au pied du sapin.

Une dernière chose, si ce n’est pas exagérer, est-ce que vous pourriez m’apporter des bottines fourrées, un manteau chaud, un châle en cachemire et une bouillotte neuve (la mienne fuit un peu) ?

Je suis très fragile et je m’enrhume facilement.


Cher Père Noël, j’espère que je n’ai pas été trop long, c’est un peu mon défaut.

Je vous remercie et vous souhaite bon voyage.

Marcel P.


PS : Notre maison est facile à trouver, elle est du côté de chez Swann.



12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Père Noël !

Cher Père Noël , Ma lettre va peut-être vous surprendre en cet hiver d'une année palindrome plus néfaste que sereine... J'ai longtemps cru en vous et mélangé dans mon esprit enfantin et naïf le petit

Cher Monsieur Noël,

Je vous dis vous, c’est plus poli quand on ne connaît pas. Je ne sais pas pourquoi on dit père Noël ou Dieu le père ; vous n’êtes pas mon père. Aucun de vous ne s’occupe de moi. L’un dit bienheureux l

Cher père Noël,

Cette année est particulière et ma demande tout autant. La production a été exceptionnelle. La proximité était si grande, imposée par des mains expérimentées. En conséquence, la descendance fut abonda

© 2016 Écrirensemble site officiel