• ...

Déconfinement Jour 1

d'Anne Ballner Il paraît que le métro est transfiguré. Je l’ai entendu à la radio. Je pense à des mesures de précaution. J’imagine des lignes sur le sol. Je ne suis pas vraiment angoissée. Je redoute la foule et la promiscuité. J’arrive à la station Volontaires. Il n’y a pas gel hydroalcoolique. On ne distribue pas de masques gratuits. En descendant, j’entends comme un bourdonnement. Il augmente en se rapprochant du quai. C’est le bruit de l’angoisse. C’est trop tard pour faire demi-tour. Ils fixent des affiches en noir et blanc. Elles sont identiques le long du quai. Elles représentent un monstre, un poux géant. Je pense à Alien, j’ai froid. Qui a osé coller ces affiches aujourd’hui ? Il faut être d’un cynisme rare. Un message est taggé, en rouge écarlate. « Fini, il n’y en aura plus. » S’agit-il des malades du Covid19 ? Une femme lit un article sur son téléphone. Je la vois sursauter, le visage crispé. Je l’imite, je veux aussi comprendre. Sur le site du Parisien, je lis : Le directeur de la RATP rapporte aujourd’hui : « Ces affiches apparaissent dans de nombreuses stations. Elles ont été collées cette nuit clandestinement. Nous allons analyser les captations des caméras. L’image se répète, toujours la même. En 4 par 3, noir et blanc. C’est un animal, espérons-le microscopique. Nous communiquons les messages sur les affiches. Ils diffèrent selon les stations comme suit. Rue du Bac, gratuit cette année, youpi ! Ségur, tout va très bien Madame la Marquise. Rennes, vous croyez toujours au Père Noël ? Alexandre Dumas vous aurait peut-être aidé. Michel-Ange, désespérés comme la Piéta, en moches ! La Muette, je ne vous dirai rien. Pyramides, vous ne trouverez pas mon secret. Jourdain se croyait scientifique, je suis maléfique. Volontaires, fini, il n’y en aura plus. Assemblée Nationale, une poudrière, ça va sauter ! Maison Blanche, mon agence de communication internationale. Saint-Michel, personne ne me terrassera, jamais ! Bonne Nouvelle, vous ne vous débarrassez jamais de moi. Glacière, le début d’une nouvelle ère ... Les tunnels ont également subi des collages. Vous rappelez-vous des réclames pour Dubonnet ? Cette fois, le message a été retranscrit : Covid19 Covid20 Covidadaeternam Ce canular est une insulte aux victimes. Il l’est également pour leur famille. Ainsi que pour le corps médical... » Je ne peux pas terminer l’article. Il me faut de l’air frais. J’étouffe sous mon masque à fleurs. Mes lunettes sont embuées, mon souffle coupé. Qui a osé tenter de nous désespérer. Cela me choque profondément est d’imaginer. Imaginer un individu monter cette immonde opération. Parler au nom du Covid est révoltant. Sur un dessin humoristique, cela passe encore. A cette ampleur, c’est ignoble. Je rentre chez moi, je me reconfine.



© 2016 Écrirensemble site officiel