• Michèle Sartout

Départ en retraite

Mon Cher Marcel,

Au nom de tous ici réunis, je te remercie de nous avoir conviés à fêter ton dernier jour de travail après 40 ans de carrière dans notre maison.

Tu as toujours assuré ta mission avec compétence et dévouement. Tu n’as jamais failli et jamais compté tes heures. A ton poste, dès l’aurore tu ne quittais le bureau que tard le soir. Nous garderons en mémoire le petit homme discret, toujours vêtu d’un costume trois pièces, (un peu défraîchi sur la fin) (rires de l’assistance) qui se déplaçait en longeant les murs de peur de déranger. Nous n’avons jamais entendu de plainte ou de récrimination. Nous t’en serons toujours reconnaissants, tu nous manqueras.

Ta patience et ta discrétion ont fait de toi un collègue hors norme. Trop discret peut-être, pour certains, qui auraient aimé mieux te connaitre. Est-ce par timidité que tu déclinais nos invitations à déjeuner, ou parce que tu préférerais les petits plats préparés par ta charmante épouse que tu dégustais, confortablement installé dans ton bureau. L’odeur des pâtes réchauffées et des pissenlits aux lardons embaumaient les couloirs. Tu étais si respectueux du règlement intérieur que tu préférais couper ton saucisson avec ton double décimètre plutôt que d’utiliser un couteau, qui, nous l’avons compris, aurait pu être considéré comme une arme potentielle.

Je regrette de t’avoir refusé, il y a dix ans de cela, la promotion tant attendue. Il m’était impossible de t’accorder le poste de commercial que tu convoitais tant. Personne n’aurait été capable remplacer le technicien indispensable que tu étais. Je me sens coupable de t’avoir fait perdre tes illusions, mais sache que je l’ai fait pour ton bien. Tu aurais été contraint d’abandonner tout ce qui fait ta personnalité, plus de laisser-aller vestimentaire, rasage quotidien, usage de déodorant, shampoings plus fréquents… et repas au restaurant.

Mon cher Marcel, après avoir murement réfléchi, tu as finalement accepté de prendre ta retraite. J’espère que la prime que tu as perçu te permettra d’acquérir la maison de campagne dont tu rêves depuis si longtemps.

Nous te souhaitons, ainsi qu’à ton épouse, tout le bonheur que vous méritez et te demandons d’accepter ces modestes présents, une panoplie complète de jardinier et ce superbe Laguiole dont tu sauras faire bon usage, nous en sommes sûrs.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Père Noël !

Cher Père Noël , Ma lettre va peut-être vous surprendre en cet hiver d'une année palindrome plus néfaste que sereine... J'ai longtemps cru en vous et mélangé dans mon esprit enfantin et naïf le petit

Sans titre

Pour mes jambes de bois un tournevis Pour mes ronds de bois un tournejambe Pour ma babillarde une réglisse Pour ma sale caboche un choriambe Pour ma mano un gant de crin Pour mes saltos un coton Pour

© 2016 Écrirensemble site officiel