• Joëlle

Espoir

Mais ce soir non plus, je ne me sens pas en forme. J’ai même du mal à tourner mes phrases. Je parle moins bien. On respire mal et l’air est si lourd. Est-ce moi ou l’ambiance générale ? Depuis qu’elle est partie c’est la chute, tout se mélange, ma vie et le monde, ce monde bizarre où tout est chamboulé, les repères ou sont-ils ? Le monde est à refaire, ma vie aussi, par où commencer ?


Comprendre, mais quoi ? Dette femme adultère ? Que pouvais-je en attendre ? Je n’étais dans sa vie qu’un malentendu, un accident, comme cette maladie qui me détruit, qui m’étouffe ! Je peste, je n’étais qu’un étranger. Pas pour longtemps, je n’ai plus peur, je vais me battre et retrouver ma liberté, me reconstruire, reconstrui-re le monde, relever le front comme disait Stépan dans les justes de notre ami Camus Albert !

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le tribun

Trois barils composaient une estrade improvisée à la hâte. Lui, l'étranger, l'homme révolté, il était là, dressé, puissant, haranguant la foule avec talent. Des épées de soleil terrassaient la place o

Caligula

Caligula : C’est une vérité toute simple et toute claire, un peu bête, mais difficile à découvrir et lourde à porter. Hélicon : Et qu’est-ce donc cette vérité, Caïus ? Caligula : Les hommes meurent et