• Nicole

Janine

« JANINE » Elle sursauta à l’appel de son mari. Elle pensa une fois de plus combien ce prénom était ridicule, grande et forte comme elle était.

Évidemment, c’était encore une lubie de sa mère qui lui avait donné le prénom d’une actrice qu’elle avait adoré mais qui maintenant était tombée dans l’oubli. Elle se souvient très bien de son nom : JANINE GARMAND.

Oh ! Comme elle l’avait détestée cette Janine Garmand !

Sa mère ne parlait que d’elle, de ses grands yeux verts, de son corps magnifique et de sa voix enjôleuse.

Très vite , elle avait réalisé qu’elle ne pourrait jamais rivaliser avec cette icône.

Dès sa plus tendre enfance, le ressentiment de sa mère à son égard avait été palpable.

Elle avait été un gros bébé potelé, trop potelé. Puis une petite fille timide, maladroite, « empotée » comme on lui répétait si souvent.

Elle ne correspondait pas à l’enfant que sa mère s’était imaginé et Janine sentait bien que sa présence l’exaspérait.

Adolescente, elle s’était empiffrée pour la défier et la provoquer.

Aujourd’hui, elle se dit en riant que c’est probablement grâce à sa mère qu’elle a fait une si brillante carrière de psychanalyste. Et pourtant, ce prénom... il faudrait peut-être qu’elle se décide à le changer.

« JANINE ! Tu réponds ou pas ? Ta mère est au téléphone ! »

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le tribun

Trois barils composaient une estrade improvisée à la hâte. Lui, l'étranger, l'homme révolté, il était là, dressé, puissant, haranguant la foule avec talent. Des épées de soleil terrassaient la place o

Caligula

Caligula : C’est une vérité toute simple et toute claire, un peu bête, mais difficile à découvrir et lourde à porter. Hélicon : Et qu’est-ce donc cette vérité, Caïus ? Caligula : Les hommes meurent et

© 2016 Écrirensemble site officiel