• ...

Je me souviens...

de Monique Lavialle


1. Ne pas oublier que la main qui nous tenait n’était pas toujours pourvue de bonnes intentions 2. Ne pas oublier que la marque qu’on laisse sera définitive, anodine, bienveillante ou fatale 3. Ne pas oublier qu’on devient complice de la patte qui va apposer sa griffe 4. Ne pas oublier de tout noter pour ne rien oublier 5. Ne pas oublier les paraphes noirs indélébiles qui ont ratifié des décisions inconséquentes 6. Ne pas oublier qu’on peut être à sec au moment de cocher la bonne case 7. Ne pas oublier qu’on peut devenir outil de transmission 8. Ne pas oublier que nos plumes consignent des témoignages qui influenceront l’histoire de demain 9. Ne pas oublier que sous le capuchon, toujours prêt à servir, on attend le bon geste 10. Ne pas oublier le plaisir de reprendre le long chemin de l’écriture 1. Oublier qu’on a laissé couler l’encre pour signer les règles qui ont aidé la rentabilité, le profit à s’épanouir et décidé des économies meurtrières 2. Oublier les banderoles gravées de « vous êtes nos héros » adressés à ceux invisibles qui ont défilé pendant des mois sous les yeux d’une population insensible 3. Oublier les émargements des feuilles de présence des grévistes qui se sont mobilisés pour la défense du bien commun 4. Oublier tout ce qui s’écrit sur ce qu’on ne connaît pas du virus 5. Oublier les déclarations fantoches des COP sans intentions d’application 6. Oublier la signature des avis d’expulsion 7. Oublier les invitations pour des fêtes qui ont dû être annulées 8. Oublier les balades au fond des poches qui nous emmènent dans des lieux inconnus 9. Oublier les mots tordus transcrits par la plume de grands plastronneurs de ce monde 10. Oublier les pleins et les déliés d’une belle écriture qui enrobe les mots de déclarations flatteuses pour mieux masquer les vraies intentions

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

« Je me souviens… »

Fatima Jacques 1 Oublier l’angoisse des rues vides et l’oppressant silence. 2 Oublier la ruée dans les magasins et les rayons de pâtes dévalisés. 3 Oublier les trains bondés pour fuir la capitale. 4

Je me souviens...

de Fatima Jacques Pensées du grand chêne Quel calme, quelle tranquillité, quel bonheur. En plus de 200 ans on n’a jamais rien vécu de tel. L’avenue Foch est quasi déserte depuis plus d’un mois. De te