• ...

Je vous écris car de ma fenêtre...

de Martine Kahan

Une main tendue

Monsieur, Je vous écris car de ma fenêtre, je vous vois tous les matins sortir de ce garage où vraisemblablement vous avez élu domicile. Je sais où vous allez puisque je vous ai aperçu un jour dans le métro alors que je rentrais chez moi. Je vous ai même adressé la parole mais notre échange a été très bref car vous êtes resté résolument muet. Cependant la pancarte que vous teniez devant vous était plus que suffisante pour me renseigner sur votre histoire personnelle. Comme beaucoup de vos compatriotes vous avez été obligé de quitter l’enfer qu’est devenu votre pays. Lorsque je vous ai vu mendier dans le métro au milieu des voyageurs trop pressés ou trop blasés pour vous prêter attention, j’ai été interpellé par votre regard si triste et cette immense solitude qui se dégageait de votre personne. Si jeune et si seul ! Je me suis demandé où étaient vos parents, vos sœurs , vos frères ? Étaient-ils restés au pays où avaient-ils été décimés comme tant d’autres ? Je ne peux imaginer les obstacles que vous avez dû surmonter pour arriver enfin ici, dans le pays des droits de l’homme. Vous attendiez-vous à un accueil pareil ? Ne saviez- vous pas que pour obtenir le statut de réfugié politique, il faudrait raconter votre douloureuse histoire devant des juges qui ensuite décideraient si les horreurs que vous leur décriveriez étaient suffisamment cohérentes pour être crédibles. Je me suis renseigné à votre sujet et j’ai appris que le traumatisme dont vous avez été victime était tel que seul le silence dans lequel vous vous êtes enfermé vous permet de continuer à survivre. Je vous écris donc cette lettre car je suis psychothérapeute, j’ai beaucoup travaillé dans des zones de conflits et je crois pouvoir vous aider. J’habite au 31, rue du Passage, juste en face du garage, et mon ami D. qui m’a aidé à rédiger cette lettre se propose d’assister à nos séances de thérapie en tant que traducteur. J’espère avoir de vos nouvelles très bientôt. Cordialement, M. B.

Posts récents

Voir tout

Je t’écris du jardin...

d'Isabelle Vier Ma chérie, Je t’écris du jardin où il fait bon vivre. C’est la fin de l’après midi, il fait encore chaud. Ton chat se porte à ravir : pouvoir sortir jouer dehors, il est au paradis. Co

© 2016 Écrirensemble site officiel