• ...

Je vous écris d'un hôtel...

de Sylvie Dumas


Mon Cher Père, Je vous écris d'un hôtel en Normandie où je suis retenue. Pardonnez-moi ce vouvoiement un peu aristocratique mais plus facile pour vous parler.  J'ai appris. Je n'ai rien pu faire, j'étais trop loin. Mais j'ai appris. Comment ont-ils pu ? Comment ont-ils osé vous arrachez à votre maison pour vous cloîtrer ?! Je suis révoltée ! Avez-vous au moins quelques livres ? Et la vue de votre chambre est-elle agréable à contempler ? La mienne est morne et triste. J'écoute Jacques Brel, il égaie mon ennui. J'ai pu marcher jusqu'au haras. Il est fermé bien sûr mais j'ai respiré l'air de mes souvenirs d'enfance. J'ai ré-entendu le claquement des fers, j'ai revu vos mains caresser leur encolure et brosser leur crin. Vous leur parliez doucement. Je n'ai jamais réussi à comprendre, eux si, ils vous écoutaient j'en suis sûre. Moi j'ai toujours eu peur des chevaux. Trop grands, trop puissants. Je préférais monter dans la calèche que vous atteliez et conduisiez. Nous partions pique-niquer en famille. Vous me manquez. Et vous savoir isolé m'accable. C'est moi qui suis perdue. Mais je vais venir. Oui je vais venir. Je vous apporterai des photos, des livres sur les arbres et les attelages. Nous écouterons "Au suivant", "Les bigotes", "Jeff" à tue-tête. Tenez le coup ! Vous n'êtes pas tout seul. Ne me quittez pas. J'arrive. Je t'aime Papa

Posts récents

Voir tout

Je t’écris du jardin...

d'Isabelle Vier Ma chérie, Je t’écris du jardin où il fait bon vivre. C’est la fin de l’après midi, il fait encore chaud. Ton chat se porte à ravir : pouvoir sortir jouer dehors, il est au paradis. Co

© 2016 Écrirensemble site officiel