• ...

Je vous écris de la falaise

de Hélène Courvoisier Je vous écris de la falaise. Là où l’espace est ouvert et l’horizon infini. Je vous sais dans le vallon, derrière les fougères. Vous n’en pouviez plus de la misère des hommes, de leur hypocrisie et leur folie. Je me souviens, un matin, au café, quand votre père a dit « L’anarchie, ça suffit ! Demain, tu commences à l’aciérie ! ». L’aciérie des hommes noirs et des poumons blancs. L’aciérie qui étouffe de bruit et de suie. Vous n’avez pas pu. Vous êtes parti. Vous avez pris le chemin des terriers, des lapins et des sangliers. Le chemin des cabanes, des pruneliers et des accenteurs mouchets. Je vous aperçois, parfois, furtivement, vous faufiler dans la lande. Hier, j’ai tenté d’approcher, mais je n’ai pas pu. Trop de ronces et de genêts. Où avez-vous caché votre sentier ? Je voulais vous dire qu’on peut observer Vénus ces jours-ci, quand la lune n’est pas trop forte. Mais j’aime penser que vous le savez, que vous lui parlez et qu’elle vous regarde quand vous vous endormez.

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Je vous écris assise au pied de mon pommier

de Fatima Jacques Très chère amie, Je vous écris assise au pied de mon pommier. Le dos adossé à son tronc, je hume l’odeur entêtante de ses bourgeons fleuris. Après trois semaines au lit, terrassée

Je t’écris cette lettre par-delà le temps

de Martine Bluteau Ma très chère amie, Je t’écris cette lettre par-delà le temps, mais lorsqu’ on a une amie c’est pour la vie. Ce matin je me suis sentie bien, je crois que le virus m’a quittée. J’a

Je t’écris du jardin...

d'Isabelle Vier Ma chérie, Je t’écris du jardin où il fait bon vivre. C’est la fin de l’après midi, il fait encore chaud. Ton chat se porte à ravir : pouvoir sortir jouer dehors, il est au paradis. Co