• ...

jour 20 - En arrière

de Ludivine Vauthier


Bientôt. L'anniversaire. Qui. Ma grand-mère. Quatre-vingt. Seize ans. Tu te rends. Compte. Une jeune fille. Maman va. Lui préparer. Un gâteau. Et le déposera. Devant la porte. De Serge. Je l'imagine. Echange. Méticuleux. De marchandises. Je ris. Il. Lui donnera. Tu sais. Il travaille. A la Résidence. Oui. Ça me rassure. Regarde. Trois canetons. Aujourd'hui. Tu crois qu'ils. Vont être acceptés par. Les résidents. Le dindon. C'est l'affaire. L'oie. De trois jours. Dit Jean-Pierre. Je ne suis. Pas très courageuse. Aujourd'hui. Les autres jours. Si. Alors. Baillons. Tu ris. Je peins. Pourquoi tu. Restes à l'intérieur. On est. Confinés. Oui mais. Le jardin. Je sais mais. Je suis bien. Ici. Ça te plait. Oui. Sauf que. Là. On dirait un. Corbillard. Non. C'est un piano. C'est la perspective. Qui veut ça. Je voulais lire. Sur mon. Kindle mais. La carte bancaire. N'est plus. A jour. Modifie. La. Je n'ai pas de. Réseau. Tanpis. Demain. Lecture avec Romain. Voir ce que ça. Donne. Il va bien. Confiné. A Paris. Habemus Papam. Je regrette. De ne pas. Avoir vu. Le début. Michel Piccoli. Eclatant de. Sobriété. Il voulait juste. Voir une pièce. De théâtre. Tu crois que. C'est déjà. Arrivé. Un pape qui. Renonce. Je ne crois. Pas. Si. Benoit. Peut-être. On y était. Deux mois. En arrière. Déçue par. La Chapelle Sixtine. Surtout. Sinon. La ville est. Plus belle avec. Toi. Sigmund Freud, un juif sans Dieu. Amalric. Et Podalydès. Prêtent leur voix. Puis. Archives. Enterrement de. Staline. Tu veux regarder. ça. Pas toi. Tu sais. Le communisme. J'ai connu. Oui. Pardon. Mais là. C'est différent. Regarde. Ces gens. Comme abandonnés. Tu entends. L'homme. A la radio. Sa propagande. Il précise. Même. Le nombre de. Ses pulsations avant. De mourir. Et là. C'est Béria. Incroyable. A quel point. L'acteur qui l'incarnait. Dans. La mort de Staline. Lui ressemble. Notre vie était tellement enrichie par la force de ce génie que nous chérissions. Le bonheur qu'il nous a donnés ne nous a pas quittés. Qu'en pensent les millions. De morts. Qu'il a laissés. Derrière lui. Bonne nuit.


Illustration Dritan Osmani



© 2016 Écrirensemble site officiel