• Philippe Legein

L'expérience d'exister et l'écriture

J’ai choisi ma phrase dans le texte de BOBIN :

« QU’EST-CE QUE L’AMOUR » et je l’ai prolongé par une réflexion personnelle, dans laquelle j’ai introduit 2 titres de ses ouvrages.

« L’Amour s’adresse en nous au plus intime, à ce qui dans le plus intime de nous est sans visage, sans forme et sans nom : Personne. »


Alors, qu’est ce que l’AMOUR ?

Ne serait-il qu’une abstraction totale, ou bien « la part manquante de notre entendement » ?

Une part cachée de l’ETRE qui est en chacun de nous ontologiquement, comme une passion originelle qui aurait précédée toute raison ?

L’Amour, quand il veut bien s’ouvrir en nous, ne peut se reconnaître que comme une poésie de l’âme et du corps !

Tel le tailleur de pierre de Michaël ANGE, l’Amour ne se révèle qu’à celui qui veut le trouver.

La Pierre brute que je taille est la pierre philosophale de l’alchimiste par laquelle je vais transmuter le vil plomb de ma « PERSONNE » en l’or le plus pur de mon ETRE !

L’ANGE que le tailleur a fait jaillir de la pierre lui procure l’extase révélatrice de la beauté de son œuvre, miroir de son ETRE.

L’Amour EST !

Il n’est rien d’autre que l’ETRE singulier qui n’appartient à PERSONNE d’autre qu’à MOI !

« Qu’est ce que l’AMOUR ?

Personne ne sait, mais chacun de nous dans le secret de sa vie engloutie » (Christian Bodin)

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Père Noël !

Cher Père Noël , Ma lettre va peut-être vous surprendre en cet hiver d'une année palindrome plus néfaste que sereine... J'ai longtemps cru en vous et mélangé dans mon esprit enfantin et naïf le petit

Cher Monsieur Noël,

Je vous dis vous, c’est plus poli quand on ne connaît pas. Je ne sais pas pourquoi on dit père Noël ou Dieu le père ; vous n’êtes pas mon père. Aucun de vous ne s’occupe de moi. L’un dit bienheureux l

Cher père Noël,

Cette année est particulière et ma demande tout autant. La production a été exceptionnelle. La proximité était si grande, imposée par des mains expérimentées. En conséquence, la descendance fut abonda

© 2016 Écrirensemble site officiel