top of page
  • Monique L

La dernière page

A toi, Catherine, à la bonne étoile qui t‘a mise sur ma route.

Merci pour le cahier, il fut le mobile pour entrer dans une écriture inconnue tellement différente de la mienne. Selon tes conseils, je me suis fixé une page par jour. Au début je me contente de quelques

croquis de la plage de Stavros. Ensuite je les accompagne de petites annotations dans ma langue. Et puis je rencontre la sœur de Mario qui m’initie à la lecture des alphabets grec et latin, et à l’art d’une calligraphie qu’il faut prendre à contresens. C’est très contraignant pour ma main qui refuse la discipline. Je sais que cette brutalité que j’impose à mon corps et à mon esprit est le sésame pour renaître dans cette terre étrangère. De lignes de lettres répétitives je passe à la formation de mots que je traite comme des dessins. Comme on peut le constater sur ce message, le graphisme est encore incertain. Mais je progresse. Les phrases ondulent, se chevauchent, combinent les langues, un emmêlement en harmonie avec la confusion de mes pensées. Je ne sais plus d’où je suis, je me sens de tous les pays, aujourd’hui l’île est un peu ma maison. J’ai le sentiment que les pêcheurs m’ont naturellement adopté. C’est une chance. Ils me font travailler, ça me donne une petite indépendance, une impression de liberté retrouvée. Je suis arrivé au bout du carnet, ceci est la dernière page. J’en fais une affichette que je compte plaquer sur un mur à la vue de tous et de toi de retour. Le rouge c’est pour qu’elle soit plus visible en espérant que le vent ne la décolle pas.



1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Point de vue ”L’oreille bandée” Van Gogh

d’après Joconde jusqu’à cent Point de vue du Hare Krishna Hare Krishna, adorez-moi mes amis, je suis votre Gourou, écoutez mes chants, dansez sur mes pas, et l’illumination viendra en vous. Comme Van

Brèves de plage

Ce galet en forme de cœur, posé sur ma table, me ramène inlassablement sur la plage d’une ville balnéaire de Bretagne où j’ai passé quelques jours cet été. J’avais réservé une chambre, un peu par ha

”Fée des Voeux… c’est bon pour la santé”

Allo, allo Bonjour ou bonsoir, C’est moi Dorothy Ebrard, avec un ”E” Fée de mon état. Gardez votre sang froid, Hâtez-vous de vous asseoir. Invitée volontaire, Je viens exaucer, via ce modeste abécédai

Comments


bottom of page