• Raphaël K

Le baume du cœur

Ingrédients : Une musique douce

Quelques abeilles

Trois tonnes de Colza

200 tonnes joules de soleil.


Vous fermez les yeux et vous pensez à un endroit où vous vous sentez bien. Un champ odorant de pissenlits, de coquelicots ou de colza.

Vous vous imaginez marcher en plein soleil en laissant trainer

vos mains le long des tiges qui montent à la hauteur de vos hanches (attention aux piqures de guêpes ou d’abeilles. Pensez à évacuer toutes ces mauvaises pensées.)


Ambiancez la pièce d’une musique que vous aimez.

Partagez sans modération une bonne dose de chocolat noir, au lait ou même blanc avec un ou une amie.


Le gâteau aux carottes

Ingrédients : 250 g de carottes

125 g de sucre

2 œufs

60 g de cerneaux de noix

125 g de beurre fondu

200 g de farine

Un sachet de levure chimique

Une demi-cuillère à café de cannelle


Pour faire un gâteau aux carottes, le plus important, comme

son nom l’indique, ce sont les noix, car l’emblème du gâteau aux carottes qui nous vient directement des Etats Unis ce n’est pas Bugs Bunny mais bien Tic et Tac !

Il faut quand même quelques carottes. Comment les choisir ?

Des carottes de terre ou des carottes de sable ?

Sur le marché, mon vendeur de quatre saisons à de très belles carottes en bottes avec des fanes et d’autres plus grosses mais couvertes de terre.

Ce sont des produits du terroir Francilien. J’hésite. Les fanes peuvent être utilisées pour faire une soupe, mais les carottes sont petites. Pour un gâteau on doit les râper alors les autres carottes plus grosses permettrons d’aller plus vite. Je les choisis.

Arrivé chez moi je déchante un peu. Nettoyer des carottes pleines de terre c’est très long, surtout si cette dernière reste obstinément collée. Finalement je me demande si je n’aurais pas dû prendre les plus petites !


J’arrive au bout de mes 500 grammes râpé, j’ai chaud. Quelle

idée de faire un gâteau pour dix personnes ! Je réserve les carottes et j’attrape mes œufs, je les mélange après les avoir cassés, puis je vais chercher le sucre. Mince, je n’ai plus de sucre. Il n’y a rien de plus terrible que de s’apercevoir d’un ingrédient manquant en plein milieu d’une recette. Qu’est-ce qui pourrait remplacer le sucre…

Du miel !


Ça tombe bien j’en ai. Comment connaitre l’équivalent de miel pour 250 grammes de sucre ? Je regarde les dosages sur internet. Une cuillère à soupe c’est trente grammes de sucre. Mais les cuillères à soupe n’ont pas toutes la même taille. Et comme le miel est plus sucré, il faut en mettre moins. Comme il est plus liquide, il faut diminuer un autre ingrédient. Ma cuillère n’est pas très grande, je

considère qu’elle ne fait que vingt-cinq grammes. Huit cuillères de miel ça ira très bien. Je vais diminuer le beurre fondu pour compenser la liquidité du miel. Les œufs ce n’est plus possible ils sont déjà mélangés. Je mets 170 grammes de beurre au lieu de 240. Un tiers en moins le mélange sera moins gras. On remue le tout, on

rajoute la farine, le sachet de levure et la cannelle.


Le mélange est très compact. J’ai beaucoup de mal à mélanger

tout ça. Le miel n’est pas si liquide que ça finalement. J’ai peut-être trop mis de farine ou pas assez de beurre ?


J’ai chaud. Allez, c’est bon. J’ajoute les carottes, je mélange et

miracle, petit à petit c’est de plus en plus facile à mélanger.

Je beurre mon plat, je déverse ma mixture dans bac à beurrer et

le tout va au four pour une bonne heure à 150 degrés.


Mince, j’ai aussi le glaçage à faire.

Les ingrédients :

200 grammes de sucre glace

200 grammes de Saint Moret

200 grammes de beurre.

1 sachet de sucre vanillé.

Les ingrédients mixés, sont mis au frigidaire.

Une fois le gâteau cuit il attend le glaçage

Après deux heures au frais on commence le nappage

Le goût est sucré et le gâteau unitaire.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le tribun

Trois barils composaient une estrade improvisée à la hâte. Lui, l'étranger, l'homme révolté, il était là, dressé, puissant, haranguant la foule avec talent. Des épées de soleil terrassaient la place o

Caligula

Caligula : C’est une vérité toute simple et toute claire, un peu bête, mais difficile à découvrir et lourde à porter. Hélicon : Et qu’est-ce donc cette vérité, Caïus ? Caligula : Les hommes meurent et

© 2016 Écrirensemble site officiel