• ...

LE DISCOURS

de Laurence de la Chapelle Qui suis-je pour porter au pinacle ma parole ! Un humble technocrate, un grand aristocrate ou tout simplement un homme qui ne trouve plus sa voie au milieu de vos excès et retrouve enfin sa voix pour vous sermonner ? Je reviens vers vous comme orateur, patriote, prophète de demain ! En vérité, je vous le dis comme Isocrate : « Évite les accusations car le plus grand nombre ignore la vérité». Réveillez le philosophe qui sommeille en vous, ne soyez plus pusillanimes, sans vigueur ni courage ! Reprenez-vous ! Qui suis-je pour parler d’éthique. Un être doté d’une âme qui cherche à ouvrir votre réflexion. Celui qui cherche à définir la causalité, ne déplore plus les effets. Un homme qui dénonce les dérives est un honnête citoyen ! Je suis bien plus qu’un dénonciateur, je suis un éclaireur, un transformateur d’influences ! Je vous mets en garde. Je condamne ces barbaries qui ont fait de notre langage une confusion de sens, un amoncellement d’anglicismes et de grossièreté, écorchant les voyelles, absorbant les consonnes accumulant les onomatopées. Le sophisme a germé en vous. Vous en avez abusé. Cette technique oratoire, basée sur l’argumentation et l’adhésion collective, vous l’avez préférée à la confrontation de soi dans sa recherche profonde. Vous avez corrompu le peuple ! Vous jouez sur les mots, vous êtes loquaces, convaincants. Notre nation pullule de ces flatteurs, démagogues, politiques, ces réducteurs du mot qui plutôt que de préparer l’élève au génie du discours et troublent l’harmonie du quotidien. Verbeux, éloquents, concis, prolixes, beaux-parleurs, paraphraseurs, vous n’avez rien du conférencier, du devin et de l’orateur ! Vous agissez par ruse. Vous détruisez les bons principes. La bravoure n’est pas en vous ! Vous n’êtes que parodie ! La Justice est spoliée entre vos mains. La piété y est dévalorisée. Lorsque Socrate disait : « Etre sage dans la prospérité, c’est savoir marcher sur la glace », il signifiait que tout effort méritait récompense. Maintenant vous brandissez les mots « liberté, égalité, fraternité » comme un couperet, un dictat. Tout a perdu de sa saveur entre vos lèvres perfides ! Ressaisissez-vous ! Éradiquez ce mal d’aujourd’hui qu’est l’anarchie du pauvre d’esprit. Par trop de mensonges, le Septicisme a sévi. Cette science de l’être en tant qu’être ne doit plus être une parodie, un plagia. Retrouvez le vocabulaire de nos anciens ! Et plutôt que d’affubler le peuple de vos fonctions de « coordinateurs, médiateur, professionnel, psychologue », retrouvez les valeurs de nos anciens. L’école ne doit plus être un exutoire mais former nos jeunes à envier la scolastique de nos pairs. Dressez les nouveaux Princes de l’Eloquence dont la douceur du prêche convertira les foules. Retrouvez la morale de nos philosophes et leur poétique ! Maintenant que vous êtes confinés dans cette pandémie, il est temps de réagir pour la postérité ! Transformer le mot « Révolution » en « Evolution ». Aux armes, citoyens !

Posts récents

Voir tout

Aux armes citoyens !

de Fatima Jacques Chers frères et sœurs, Depuis janvier, le coronavirus attaque violemment notre pays. Cet ennemi invisible et imprévisible peut frapper chacun de nous, jeunes et vieux. Les enfants a

Mes chers concitoyens,

de Michèle Sartout Merci ! Merci de vos suffrages. Malheureusement, chers électeurs, vous ne m’avez pas accordé, comme je l’escomptais, la majorité absolue. La liste concurrente portée par Guillemine

Un discours de trop

de Raphaël Kahan Ouf ! Après des décennies de dur labeur à une cadence effrénée, je vois enfin arriver le bout du tunnel, la fin du calvaire. Mettez-vous à ma place… En ce jour du 27 juin 2020, nous

© 2016 Écrirensemble site officiel