• ...

Le jour d'après

de Ludivine Vauthier


Tu regardes dans les angles morts les êtres de son. Et qui sait ce que donnera la terre ? Qui sait ce que donneront les gens ? La femme bleue à l'inlassable oraison, le joufflu chapeauté et cravaté de synthétique perdront leur vertu. L'ont-ils jamais charriée à leurs pieds? Dans la plaine tu iras, lumineux de poésie. Renversé, les cithares joueront pour toi et l'air se raréfiant, tu amenuiseras tes chances de raconter à la postérité ta lugubre existence. Le lapin qui te suivait est parti s'exporter vers d'autres cieux. Tu pensais qu'il était là pour toi et finalement il a amoindri tes possibilités de parole. Tu te penches sur les fourmis qui s'agitent en costumes de soirée. De ta misérable hauteur tu les entends crier victoire, tu étais pourtant certain de les avoir achevées. Tu te dis que les fleurs sont des vaches comme les autres alors tu essaies de la couper en deux mais elle résiste tant et si bien que te voilà bientôt enterré jusqu'à mi-bras. Tes forces se perdent dans le vent gris et tourbillonnant. Ceux qui fouleront cette prairie grondant d'azalées buteront et chuteront. En se relevant, ils ne remarqueront jamais l'être endimanché qui se pressait à la messe du mardi. Simplement un coude, une main brandie comme une victoire, un trèfle fané entre les doigts. 

© 2016 Écrirensemble site officiel