• ...

Le jour d’après : Une soirée particulière


de Nicole Kahan

Ils sont là parmi nous, les furtifs : des êtres de chair et de son, à la vitalité hors norme, qui métabolisent aussi bien pierre, déchet, animal ou plante pour alimenter leurs métamorphoses incessantes. Ils errent dans toute la ville, sans qu’on les voit. Ils sont là où nous ne les attendons pas. C’est seulement lorsqu’un enfant ou un adulte disparaissent sans aucune raison, que subitement un immeuble s’effondre ou qu’un magnifique jardin est retrouvé totalement dévasté que nous savons qu’ils sont passés par là. Nous ne les voyons pas mais eux nous voient. Nous ne les entendons pas mais ils savent où nous sommes. Nous pouvons les suivre à la trace mais nous arrivons toujours trop tard. Ils sont déjà ailleurs… - Stop ! Arrête là ! J’veux pas entendre la suite ! Ça me fait trop peur. Gabriel interrompt sa lecture et regarde excédé sa petite sœur enfouie sous sa couette. Il ne comprend décidément pas pourquoi elle n’arrive jamais à distinguer le vrai du faux, la réalité de la fiction. D’ailleurs, en général, il ne se gêne pas pour la charrier et ça marche à tous les coups. Mais là, ce soir il n’est pas d’humeur à rigoler. Il en veut au monde entier et en particulier à ses parents qui l’ont forcé à remplacer au pied levé leur babysitter qui leur a fait soi disant « faux bond ». En attendant, c’est lui qui a raté sa super soirée disco avec Joshua et Emile ! Bon , c’est vrai, il admet qu’il y a été un peu fort en choisissant cette histoire de science-fiction qu’il adore et qui encore aujourd’hui lui donne des frissons dans le dos. Il écoute Elsa qui pleurniche sous sa couette. Il examine les motifs des animaux sauvages de l’imprimé et malgré lui, une pointe de culpabilité le traverse. Il soupire... - Bon, d’accord Elsa, j’arrête ! T’as plus besoin d’avoir peur. Elsa , méfiante, sort la tête avec beaucoup de précaution. - Allez ! Je te fais un bisou et maintenant au dodo ! Il éteint la lumière, sort de la chambre, descend les escaliers et s’affale, épuisé, sur le divan du salon. Son regard est soudain attiré vers l’écran de son portable oublié sur la table basse. Effaré, il découvre l’alerte diffusée par le site gouv.fr et qui informe toute la population sur l’imminence d’un danger extrême, à savoir l’invasion d’êtres extra-terrestres destructifs et incontrôlables surnommés « les furtifs ». Il n’en croit pas ses yeux. Cela ne peut être qu’une blague ! Il veut en avoir le cœur net. Il appelle plusieurs de ses copains mais à chaque fois il obtient un message enregistré l’informant que le numéro n’est plus attribué. De plus en plus inquiet, il décide de joindre ses parents mais la même voix lui répond que « le numéro n’est plus attribué ». Paniqué, il allume la télévision. L’écran reste noir. Il relit alors le communiqué sur son téléphone mais aucun renseignement supplémentaire n’a été rajouté. Il essaie de se raisonner. Cela ne peut être vrai ! Et pourtant il ne peut s’empêcher de repenser à cette histoire qu’il a si souvent lue et relue. Il tente de se rappeler… il y avait bien quelque chose que les furtifs craignaient par-dessus tout. Mais il a la tête vide et rien ne lui vient à l’esprit. Il tressaille en entendant un bruit bizarre qui provient du jardin. Il se lève sans faire de bruit et vérifie si toutes les portes sont bien fermées à clef bien qu’il sache que cela ne sert à rien contre les furtifs. Soudain, il se souvient. Oui, oui, c’est bien ça, ! C’est la lumière et le feu ! Lorsque les furtifs étaient éblouis, ils se désintégraient quelque soient la forme qu’ils avaient pris. C’est pour cela qu’ils restaient toujours cachés dans l’ombre. Il se précipite dans toutes les pièces et bientôt la maison entière est illuminée comme pour un jour de fête. Il trouve aussi dans la cuisine des bougies qu’il allume et dispose devant les fenêtres. Finalement, il remonte à l’étage et s’arrête devant la porte de sa sœur. Tout est silencieux. Il hésite un instant, entre doucement et se glisse dans le lit à côté d’elle. Une immense lampe-torche à la main, il écoute les bruits extérieurs mais c’est un silence menaçant qui l’entoure. Il attend. Il ne sait plus depuis combien temps il est là, mais il sent la fatigue le gagner et sans s’en rendre compte s’assoupit. Tout à coup, il sursaute. Une voix venant de très loin lui murmure quelque chose à l’oreille. Il lui semble reconnaître la voix de sa mère. Il ouvre les yeux mais ne distingue qu’une ombre penchée au- dessus de lui. Dans la nuit, on entend des rires étouffés…


Lumière Odeur Rencontres Covid 19 Anxiété Vaccins Amis Rire Enfants Salutations Étreintes

Posts récents

Voir tout

Le jour d'après

de Ludivine Vauthier Tu regardes dans les angles morts les êtres de son. Et qui sait ce que donnera la terre ? Qui sait ce que donneront les gens ? La femme bleue à l'inlassable oraison, le joufflu ch

Le Jour d’après

d'Hélène Courvoisier « Ils sont là parmi nous, à circuler dans les angles morts de la vision humaine. Des êtres de sons, à la vitalité hors norme. Les furtifs transmutent, phagocytent, ingurgitent, re

© 2016 Écrirensemble site officiel