• Joëlle

Ma dernière visite au musée (entre deux confinements)

Je suis fatiguée, depuis plus de deux heures je visite ce splendide musée. Je profite du déconfinement provisoire pour voir le plus de tableaux possibles, mais trop c’est trop, mon souhait de tout voir me semble un peu difficile. Au détour d’une salle j’aperçois un grand et beau fauteuil qui me tend les bras. Son souhait le plus cher, j’en suis sûre, est de m’accueillir pour une petite pose. Ce que je fais avec grand plaisir. Je profite de ce repos pour feuilleter ma documentation et voir ce qui me reste à admirer.

Tout à coup je sens un pincement sur ma cuisse, je lève les yeux et oh stupeur une petite fille en maillot de bain me dévisage.

Je m’informe :

- Que fais-tu là ? d’où viens-tu ?

La petite fille un peu effrayée me répond :

- Je suis sortie du tableau

- Sortie du tableau ! dis-je avec étonnement, quel tableau ?

- Celui à gauche là-bas. Celui avec ma maman et ma cousine au bord de la mer.

- Mais ce n’est pas possible ! tu ne peux pas sortir du tableau, en plus il y a le couvre-feu, il te faut une attestation, comment fais-tu ?

- Je me débrouille, ma cousine et moi nous faisons cela tous les soirs et même depuis très longtemps, même avant le confinement. C’est notre plus grand bonheur, sortir, marcher dans ce beau musée, aller voir nos amis, nos voisins, bavarder ! nous ne sommes pas les

seules. Nous connaissons bien le gardien, nous connaissons ses heures de passage, donc nous pouvons en profiter. La vie dans un tableau c’est triste, essayez-vous verrez. Si nous sommes là c’est grâce à ce poulbot-là derrière vous, un soir il nous a appelé, on n’y croyait pas, comme vous et voilà ! regardez avec attention, vous verrez que tous les personnages ne sont pas toujours à la bonne place. Et c’est pour cela que je vous sollicite, j’ai perdu ma

cousine il faut absolument la retrouver, avant que le gardien arrive ! regardez bien tous les tableaux et si vous remarquez une petite fille avec un chapeau rouge appelez la et aidez-nous

à retrouver notre bord de mer.

Malgré mon incrédulité j’accompagnai cette petite fille et je refis toute l’exposition pour retrouver sa cousine, mais sans succès. En arrivant devant son tableau, surprise, sa cousine était déjà rentrée.

Avec soulagement elle réintégra son bord de mer, sans m’avoir auparavant dit merci avec un clin d’œil et en précisant : tout est possible ! la preuve !

Au bout d’un moment, de nouveau un pincement, un autre personnage ? Ce n’est pas possible ! Ils sont insupportables !

J’ouvre les yeux et surprise c’est le gardien qui m’informe que le musée va bientôt fermer.



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le tribun

Trois barils composaient une estrade improvisée à la hâte. Lui, l'étranger, l'homme révolté, il était là, dressé, puissant, haranguant la foule avec talent. Des épées de soleil terrassaient la place o

Caligula

Caligula : C’est une vérité toute simple et toute claire, un peu bête, mais difficile à découvrir et lourde à porter. Hélicon : Et qu’est-ce donc cette vérité, Caïus ? Caligula : Les hommes meurent et