• ...

Mes souvenirs sont flous

de Danièle Guerrier


Mes souvenirs sont flous... d'aussi loin que je me souvienne, il était parti un soir de printemps. Il avait plu et le sol exhalait des odeurs fortes de terre mouillée. Depuis ce jour, cette odeur s'associe chez moi à uneprofonde nostalgie... Le clocher venait tout juste de sonner l'angélus et la table du dîner était mise ... Il avait dit « Je veux prendre du recul... quelques jours seulement.. ». Du haut de mes cinq ans, je ne saisissais pas le sens profond de ces quelques mots, mais les larmes de ma mère me rendaient la situation dramatique. Chaque jour qui ont suivi cette soirée je guettais les allers et venues dans la rue, pensant apercevoir sa silhouette. Perchée sur un tabouret je détaillais chaque passant, croyant reconnaître dans l'éclat bleu d'un regard celui de mon père... les jours ont passé et la vie a bien sûr continué avec ses joies mais l'interrogation sur son absence me poursuivait. Quel était son chemin ? Quelle route avait il suivie ? Souvent il citait Sénèque, son idole : « Je ne me suis fait l'esclave de personne... ». Et cette phrase me revient lancinante, pensée que mon jeune esprit ne comprenait pas mais enregistrait cependant. Nous avions de merveilleux moments de bonheur tous les deux, nous partions voir et revoir à l'Orangerie les Nymphéas de Claude Monet et ensuite nous nous arrêtions chez Angelina déguster un chocolat chaud. Ces doux moments me reviennent en mémoire, brefs instants d'un bonheur non mesuré. Il me disait que j'étais sa petite fille adorée et que je ne devais pas l'oublier quoiqu'il arrive. Ma menotte dans sa main caressait ses bagues et mon cœur débordait de tendresse. Quand la fatigue engourdissait mes petites jambes il me hissait sur ses épaules et je caressais le doux col de velours de son manteau et ainsi juchée j'étais la reine du monde. Ces années de bonheur ont modelé le cours de ma vie et même si son abandon fut lourd à gérer je crois que j'ai hérité de son indépendance et de son optimisme. Ma mère disparue, je reçus une lettre, il y a peu de temps... Elle venait de Colombie et cette lettre m'apprenait que mon père de cette lettre avant de m'atteindre ... Sans hésiter une seconde je m'envolais vers l'Amérique latine....Anxieuse mais heureuse au fond de moi: Ainsi mon père ne m'avait pas totalement oubliée ! Plongée dans mes souvenirs, le voyage me parut court ; un taxi me déposa à l'adresse indiquée dans la lettre . Mais mon père ne m'avait pas attendue ! Il était mort sans explications. Et j'eus du mal à reconnaître cet homme que j'avais aimé dans la splendeur de sa jeunesse... Il était ridé, sa peau était desséchée,et son visage repoussant. Ce n'est que lorsque j'eus examiné ses bagues que je le reconnus...

12 vues

Posts récents

Voir tout

Première Pêche

de Anne Ballner Au pied des falaises, sur la petite plage de galets, il fallait attendre le mois de juillet pour le premier bain. La plage serait alors surveillée, l’eau aurait atteint une températur

Les confins

d'Hélène Courvoisier Ils avaient choisi une nuit sans lune. Parsiphone avait mis ses plus belles plumes, celles que les étoiles suffisent à faire scintiller. Ses pattes s’ancraient au sol et ses yeux

Au nom du soldat inconnu

de Monique M. C’est décidé, il ne se rendra pas à l’invitation. Maintenant que son grand père est parti, il va rompre avec la tradition. Emmené très jeune sous les jambes de la grande arche au nom du

© 2016 Écrirensemble site officiel