• ...

Qui a peur de Cora Suvroni ? Qui et pourquoi ?

de Monique Derrien Elle s'était présentée à la PJ de Marseille en Juillet 2015. Je m'en souviens car nous étions sur un gros coup : le démantèlement d'un réseau de trafic de drogues. Le menu fretin était déjà sous les verrous. Les grands patrons étaient repérés. Les coffrer n'était pas une mince affaire. Il y avait parmi eux des hommes de pouvoir impliqués tant dans l'économie que la politique. Elle, elle venait en renfort. L'affaire était délicate. Certaines sources faisaient état de ripoux russes baignant dans ce trafic. Ivan Ivanovitch les intéressait tout particulièrement. Elle a dit s'appeler Cora Suvroni, native de Moscou, agir aux ordres du KGB. Ça semblait une blague. La brigade a pouffé de rire. Le travail ça use mais pour Cora, pas du tout. Joli brin de fille, grande, mince, de beaux cheveux blonds ondulés encadrant un minois ravissant. Couverte de bijoux en or, elle irradiait. Très chic, très sure d'elle, toisant ceux qui étaient partis s'aérer pour fumer leurs clopes. Si elle n'avait pas présenté son ordre de mission, le commissaire l'aurait viré illico. La seule femme de la brigade, et quelle femme, nous pauvres hommes sommes tombés sous le charme alors que nous aurions dû rester sur nos gardes. Elle a pris les commandes des opérations. Elle détenait des informations que nous n'avions pas. Les grands pontes avaient prévu de se réunir dans le hangar n°13, sur les docks, vendredi 13 à minuit afin de définir une nouvelle stratégie. Ils se savaient repérés et devaient orienter leur commerce autrement. Nous étions tous sur le pont, le GIGN à nos côtés. A minuit quinze, nous avons défoncé la porte. Ça tirait de tous côtés. Trois des leurs sont tombés. Trois des nôtres ont été blessés. Les autres ont été menottés et embarqués dans le fourgon. Nous n'avons pu mettre la main sur Ivan Ivanovitch. Cora Suvroni avait elle aussi disparu. Ce n'est que bien plus tard que nous avons appris que Cora Suvroni s'appelait en réalité Cora Ivanovitch et que Ivan et elle étaient mari et femme.

Posts récents

Voir tout

Cora

de Michèle Sartout Dès sa plus tendre enfance Cora apprit à ses dépens que la différence engendre la crainte. Sa fine silhouette de saltimbanque, ses longs cheveux auburn, son teint ambré, ses robes à

Violence

de Danièle Guerrier Clarisse, sous l'ombre de l'olivier centenaire, Observe à l'horizon une silhouette connue, Ravie de cette visite imprévue elle Avance, heureuse à sa rencontre! Soudain un doute vio

Le commando de la mort

de Raphaël Je ne supporte plus d’être enfermé depuis le début de ma préparation. Je suis entraîné depuis ma naissance pour cette mission. Elle est planifiée de longue date et j’en connais toutes les é

© 2016 Écrirensemble site officiel