• Delphine L

sans titre

Laisse le mot venir à toi,

l’air à ta bouche,

écarquiller tes yeux,

déciller ton cœur,

ouvrir la paume de tes mains.


Laisse le mot te submerger,

comme une ténébreuse vague,

renversant ta vie sur son passage,

bousculant tes certitudes,

en te rappelant que tu es Une.


Laisse le mot effleurer tes lèvres,

au bord de ton cœur,

comme le souvenir de mille maux,

le pansement sur tes blessures vénéneuses.


Laisse le mot se pencher à ton oreille,

te chuchoter tous les secrets ancestraux,

crier à la surface de ton corps ton existence,

pour ne plus oublier les prénoms des cœurs disparus,

pour murmurer ceux des corps aimés.


Laisse le mot se faufiler dans les draps de tes souvenirs,

embraser les visages des fantômes chéris,

caresser les blessures d’autres vies.


Laisse le mot galoper le long de la colonne de tes amours,

clamer la liberté d’une vie sans chaînes,

hurler jusqu’à l’infini le cadeau d’une vie,

Merci.


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Oscar

Le Verre Rouge

A cette époque là, un verre rouge (il y en avait peut-être eu d'autres mais ils avaient disparus au fil des années) trônait majestueusement dans la vitrine de la desserte, au milieu d'autres plus mode

Le tableau évolutif

Elle entra dans l'agence de voyages temporels et demanda un billet pour le XVI siècle. Plus personne n'entendit parler d'elle, mais un jour, dans un musée viennois, un visiteur crut voir un nouveau pe