• ...

Son paradis

de Josette


Il l’avait enfin trouvé son paradis De merveilleux fruits Tout était parfait Maintenant il reposait Le ressac le berçait La vanille enivrait Il avait choisi pour ultime paysage De s’endormir dans la tiédeur de la plage Le sable au creux des mains, le sel sur son visage Il était maintenant dans son tableau « Cavaliers bleus et sable rose » Il ne connu pas la gloire de son vivant Il s’était joué des couleurs librement Il tenait l’arc en ciel entre ses doigts Le huit mai mille neuf cent trois Au terme d’un douloureux chemin S’éteignit doucement Paul Gauguin La chose simplement d’elle-même arriva Comme la nuit se fait lorsque le jour s’en va.

Posts récents

Voir tout

Première Pêche

de Anne Ballner Au pied des falaises, sur la petite plage de galets, il fallait attendre le mois de juillet pour le premier bain. La plage serait alors surveillée, l’eau aurait atteint une températur

Les confins

d'Hélène Courvoisier Ils avaient choisi une nuit sans lune. Parsiphone avait mis ses plus belles plumes, celles que les étoiles suffisent à faire scintiller. Ses pattes s’ancraient au sol et ses yeux

Au nom du soldat inconnu

de Monique M. C’est décidé, il ne se rendra pas à l’invitation. Maintenant que son grand père est parti, il va rompre avec la tradition. Emmené très jeune sous les jambes de la grande arche au nom du

© 2016 Écrirensemble site officiel