• ...

SORTIR DE SA CACHETTE

Philippe Legein

J’ai entrouvert ma porte, passé la tête, rouler des yeux de tous les cotés, je n’ai rien vu ! Le ciel était d’une pureté azuréenne, le silence piaillait de chants d’oiseaux. Personne ne peuplait la rue, seule, caché derrière les haies, je devinais une vie discrète, parfois animé de jeux d’enfants. Je sorti furtivement comme pour ne pas troubler cette quiétude nouvelle. Alors que je passais le coin de ma rue, je m’immobilisais soudain dans un mouvement de recul ! Le cœur battant, j’ai compris que je n’y échapperai pas ! Il était là ! celui que tous les amoureux de la liberté craignaient : Le VIRUS ! Celui qui a tout pouvoir de t’empêcher de vivre comme bon te semble en te pliant à sa loi ! Je craignais cette rencontre, connaissant l’adage « LA PEUR N’EVITE PAS LE DANGER » J’avais osé l’affronter, un peu par bravade, me méfiant cependant d’une rencontre malencontreuse ? C’est la première fois que je percevais ce VIRUS dans son incarnation lourde du sens de sa nuisance ! Ils se présentaient dans mon environnement sous forme d’un petit groupe, il fallait bien qu’il se multiplie pour pouvoir frapper tous azimuts ! Je fis demi tour, ne leurs laissant pas le temps de m’atteindre et regagnais rapidement ma cachette. Je pris conscience que désormais il me faudrait user de plus en plus de stratagèmes pour échapper à la vigilance de tous ces gendarmes et autres pandores, se mutant de plus en plus en incarnation virale d’une société en voie de « TOTALITARISATION » !

Posts récents

Voir tout

La libération des gloups

d'Anne Ballner Ils sont partis, j’en suis certain. Les seuls signes de leur présence sont sonores et répétés. Ils ponctuent la journée d’une présence envahissante, menaçante. Bruit de chenilles des ch

La double évasion

de Martine Kahan Cela fait quelques temps que je suis dans cette maison de retraite. C’est pour moi, une seconde prison. J’occupe la même chambre que Mme Bep Vosky, nous sommes d’ailleurs arrivées en

© 2016 Écrirensemble site officiel