top of page
  • ...

Un immeuble de taille

J’habite un immeuble futuriste au centre de Montpellier. De loin il ressemble à une construction en papier, une sorte d’origami géant. Mais il est bien solide. Ce qui m’avait plu avant de louer, c’était ces drôles de balcons qui ressemblent à des ailes d’oiseaux.


En fait, je l’avoue, je suis dingue des animaux. Heureusement que le proprio ne sait pas combien j’en ai chez moi ! J’ai des oiseaux : une paire de perroquets (dont mon préféré, Georges), 4 perruches, même un toucan, dans toutes les couleurs de l’arc-en-ciel – vert, bleu, jaune, rouge. Mais aussi 2 chats, un chien, une tortue qui se prénomme Pierre, une douzaine de poissons plus ou moins exotiques, et quelques insectes très intéressants.


Je suis installée au 15ème étage. Heureusement qu’il y a un ascenseur, pour monter tous mes sacs de nourriture (graines, croquettes, etc.). Aussi, les escaliers ne sentent pas la cire, comme dans mon ancien logement, mais le désinfectant. Le seul problème avec l’ascenseur, c’est que je rencontre à chaque fois mon voisin, que j’appelle l’anxieux/obsessionnel. Il le prend à longueur de journée, n’étant jamais certain d’être arrivé au bon port ; donc il fait le voyage encore et encore, et j’en ai assez de le voir - il me rend anxieuse aussi.


Une fois chez moi, j’ouvre toujours les fenêtres afin d’aérer, nécessaire avec cette population de bêtes. Alors mes oiseaux se mettent à chanter. Par chance, ma voisine la plus proche, Maria, est un peu sourde et ne s’en plaint pas. Au contraire, elle me rend souvent visite. La conversation avec elle n’est pas facile, mais j’ai compris tout de même qu’autrefois, elle était musicienne (malheureusement sans le talent de Beethoven, qui composait même après avoir perdu l’ouïe). Mais elle sait que mes oiseaux chantent et cela lui fait plaisir.


J’avais également un autre voisin sympathique, dont l’histoire est bien plus triste. Il vivait avec sa femme et son fils, mais l’année dernière ils sont décédés dans un stupide accident de voiture. Fred avait freiné à mort (c’est le cas de le dire) pour éviter un écureuil sur la route et est rentré dans un arbre. Sa femme et son fils n’en sont pas sortis. Il me rendait visite de temps à autre ; j'étais soulagée de ne pas avoir d’écureuil dans ma ménagerie pour lui rappeler son malheur. Il est sombré tout de même dans la dépression et juste après Noël il s’est jeté de son curieux balcon, en déployant ses bras comme des ailes. Il n’a pas volé.


Depuis, j’ai pris la résolution de me rendre au cimetière où il se trouve maintenant, une fois par mois. Je lui apporte des fleurs, et avec Georges (mon perroquet bavard) perché sur mon épaule, nous avons une petite conversation où nous lui racontons la vie des voisins. J’espère que cela le distrait un peu ; en tout cas je me sens mieux après.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Point de vue ”L’oreille bandée” Van Gogh

d’après Joconde jusqu’à cent Point de vue du Hare Krishna Hare Krishna, adorez-moi mes amis, je suis votre Gourou, écoutez mes chants, dansez sur mes pas, et l’illumination viendra en vous. Comme Van

Brèves de plage

Ce galet en forme de cœur, posé sur ma table, me ramène inlassablement sur la plage d’une ville balnéaire de Bretagne où j’ai passé quelques jours cet été. J’avais réservé une chambre, un peu par ha

”Fée des Voeux… c’est bon pour la santé”

Allo, allo Bonjour ou bonsoir, C’est moi Dorothy Ebrard, avec un ”E” Fée de mon état. Gardez votre sang froid, Hâtez-vous de vous asseoir. Invitée volontaire, Je viens exaucer, via ce modeste abécédai

Comments


bottom of page