• Danièle G

Une ville sortie d'un rêve

Comme un ermite à Paris, Abigail se sentait agressé par le mouvement des véhicules, par le klaxon ininterrompu des tuk-tuks, le grouillement incessant d'une foule bigarrée. Il était arrivé depuis un mois mais ne s'habituait pas à cette agitation incessante. Pourtant c'était la première fois qu'il ressentait cette angoisse. « Se sentir étranger, face à ce que l'on était, ou ce que l'on

possédait dans le passé, c'est ce qui nous attend aux frontières de l'ailleurs » !

En relisant I. Calvino, Abigail avait espéré qu'une ville nouvelle lui apporterait la sérénité perdue mais son passé resurgissait avec plus d'acuité. Il y avait vu un échappatoire à ses problèmes, mais l'endroit était mal choisi. Le bruit, la misère qu'il côtoyait dans cette ville énigmatique l’ensorcelait douloureusement !! Il se mit à songer à LA VILLE de ses rêves :

« Les villes invisibles sont un rêve qui naît au cœur des villes invivables » avait énoncé son auteur fétiche.

Abigail avance en rêve éveillé au sein des bidonvilles, SA VILLE est verdoyante dans des entrelacs de lianes et de végétation exotique. Les maisons, sorte de huttes ou yourtes sont nichées dans des venelles de façon harmonieuse. Les habitants se rassemblent, au soir couchant, sur des petites places aérées et accueillantes pour échanger des propos paisibles. Dans sa ville Abigail ne voit aucune tour ou immeuble mais uniquement un habitat horizontal car la

spéculation immobilière n'a pas cours ici à UTOPIA ! Des fontaines alimentées de sources naturelles jaillissantes apportent fraîcheur et eau potable à chacun.

Mais cette ville n'est pas une réminiscence du passé ! Le modernisme est bien là avec ses solutions pratiques ! la ville est à l'échelle humaine : Ce n'est pas un village car la population y est plus nombreuse mais la vie est plus douce dans cet environnement aéré où la solidarité rend la misère supportable. En effet Abigail sait bien que les hiérarchies sociales ne peuvent disparaître uniquement par un habitat plus humain mais peut-être peut il y contribuer !

Cette réflexion étouffe peu à peu les bruits qui entourent Abigail et une sorte de sérénité s'infiltre lentement en lui : Oublié le passé, un projet d'avenir prend doucement racine en lui. Demain il sait maintenant vers quel but il se dirigera au retour de son voyage : il sera Architecte pour concrétiser tous ces rêves surgis ici loin de chez lui…

« Car au fond de moi j’avais surtout compris que le plus dur, c’est de rester optimiste. » I. Calvino

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Oscar

Le Verre Rouge

A cette époque là, un verre rouge (il y en avait peut-être eu d'autres mais ils avaient disparus au fil des années) trônait majestueusement dans la vitrine de la desserte, au milieu d'autres plus mode

Le tableau évolutif

Elle entra dans l'agence de voyages temporels et demanda un billet pour le XVI siècle. Plus personne n'entendit parler d'elle, mais un jour, dans un musée viennois, un visiteur crut voir un nouveau pe