Retours  d'ateliers  2020

Les ateliers Écrirensemble partent régulièrement en ballade dans des expositions. Après les visites et les consignes transmises, tout le monde écrit.

Cimetière Montparnasse

Consigne : choisir 2 tombes et créer un dialogue entre les morts.

Des textes beaucoup plus drôles que ce que l'on aurait pu croire, ont jailli des écrivant-es.

montparnasse-cimetiere-9ae30a-0@1x.jpeg
 

La Fesse Nord de Nicole Bayou

- Depuis qu’on a déposé mes cendres dans ce petit coin sans charme du cimetière, je n’ai pour tout horizon que la face nord de ton anatomie. Remarque, je ne n’en plains pas. Tu as de très belles fesses. Elles me rappellent quelqu’un que j’ai bien connu. Excuse moi de te tutoyer mais vu l’état qui est le notre désormais, nous sommes au-delà des convenances, au-
delà tout court d’ailleurs. Qu’en dis-tu ?
- Madame, ce n’est pas parce que le hasard vous a placé en position de contempler mon anatomie pour l’éternité que vous devez vous laisser aller à de telles familiarités. Que je sache, nous n’avons pas gardé les vaches ensemble !
- Je me disais aussi, pour se faire représenter à poil perché sur un monument aussi prétentieux que moche, il faut se croire sorti de la cuisse de Jupiter. Pourtant, tu ne m’empêcheras pas de penser que nous nous sommes croisés et même un peu plus ! Une chute de reins pareille, ça ne s’oublie pas !
- Encore une fois, cessez ces allusions déplacées je vous prie. Je n’ai pas été habitué à côtoyer le populo barbaro.
- Barbare toi-même ! La minuscule plaque qui porte mon nom est la seule trace de mon passage sur terre et la masse informe de ton perchoir occupe tout l’espace. D’ailleurs mes voisins se plaignent de l’ombre que tu nous fais. C’est à peine si le monde sait que nous existons encore quelque part. Enfin, moi je ne me plains pas car tes fesses me rappellent de bons souvenirs. Quel dommage que je ne puisse voir ton visage ! Tu ne voudrais pas te retourner
juste un instant pour que je vérifie que tu es bien celui que je crois ? Cadaquès août 1973, ça te dit quelque chose ?
- Taisez- vous, vous êtes ridicule ! Il n’y a aucune chance que je me souvienne de Cadaquès ni d’aucun autre lieu fréquenté par les mortels. Je suis une allégorie et, à ce titre, très au-dessus des préoccupations minuscules du bas monde. Je suis reçu sur l’Olympe où il n’y a aucune chance que nous sous soyons jamais croisés. Mais l’Olympe, ça ne vous dit rien sans doute …
- Non mais, qu’est-ce qu’il croit ! J’ai fréquenté tous les Clubs Med de Grèce, alors, l’Olympe je connais et quand je m’y éclatais ce n’était pas avec des allégories, tu peux me croire ! Reste perché là-haut. Le spectacle de tes fesses m’aidera peut être à trouver le
temps moins long. Salut beau gosse !

 
Musée du quai Branly – Jacques Chirac

Exposition À toi appartient le regard et (…) la liaison infinie entre les choses 

Juste avant de Sylvie Dumas

Tout est en place. Angélina vérifie l’heure, elle donne le document à Suella qui le transmet par scann à Dora. Elle a tenu absolument à porter son bob rose vieilli qui cache sa chevelure
et la distingue trop, au goût de Guy. Pourtant dans sa cravate dorée, c’est pas le roi de la discrétion. Enfin, c’est lui le boss, le cerveau. Il est confiant le Guy. Son plan est sur pied depuis un baille, même s’il y en a qui lui ont ricané à la face en le laissant tomber. La p’tite Manuela est drôlement jolie dans son perfecto orange. Quelle gourmande ! Ses ongles roses et bleus me rappellent les hortensias de tante Hélène. J’aime pas du tout la manière dont le p’tit gars regarde dans sa direction. Ouf, les poubelles sont pas encore passées. Tant mieux, je veux personne aux trois colonnes. Et voilà les plus beaux Funzy et Steeve ! Ils la jouent à la cool. On s’apprête à vider la banque d’Addis-ABeba et ça les fait rire. Remarque je préfère ça, on risque pas de les soupçonner. Ah c’est quoi encore cet attroupement ? Un accident ?... Rien que des badauds béats devant un feu rouge. Ça y est Jessica va entrer dans la banque. Quoi, tu veux ma photo ?... C’est mon masque qui te gêne ? Attention, Tarik a mis sa chemise sur son tee-shirt. À moi de jouer et de sortir de cet immeuble.

 

 

 

 

                    Œuvre de Guy Tillim >>>

 

© 2016 Écrirensemble site officiel