• Claudine

L’homme- joie

« Mener double vie à folle allure sur un chemin de neige, cherchant la beauté, loup merveilleux sautant à notre gorge ! »

Ce que disait l’homme qui n’aimait pas les oiseaux, c’était la quête de toute sa vie.

Un désordre de pétales rouges, la lumière du monde, une bibliothèque de nuages l’éblouissaient, jetant dans ses prunelles d’ambre des étincelles d’or… Il souriait, arpentant le monde à grandes enjambées, jour après jour, année après année, cherchant partout la merveille et l’obscur. Il n’était plus que sensation pure,

refusant de penser, ayant rejeté au fond du puits de l’oubli, l’inespérée, la plus que vive, celle qui jadis lui déchira l’âme. Et il allait ainsi, sourire béat, cœur de neige, savourant la grâce de la solitude… Confiant, il attendait, au bout du chemin, au terme de la vie, l’ultime épreuve, le baiser de marbre noir.

Alors, « à la question qui lui sera posée, il saurait répondre par un sourire : je n’ai rien fait de ma vie, je l’ai perdue le plus possible ».


photo Boubat


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Père Noël !

Cher Père Noël , Ma lettre va peut-être vous surprendre en cet hiver d'une année palindrome plus néfaste que sereine... J'ai longtemps cru en vous et mélangé dans mon esprit enfantin et naïf le petit

Sans titre

Pour mes jambes de bois un tournevis Pour mes ronds de bois un tournejambe Pour ma babillarde une réglisse Pour ma sale caboche un choriambe Pour ma mano un gant de crin Pour mes saltos un coton Pour

© 2016 Écrirensemble site officiel