• Claudine

GRATITUDE

Merci ! Merci ! Merci ! Je voudrais crier ma reconnaissance au ciel, faute de pouvoir la témoigner à toi que je ne connaîtrai jamais, toi qui la mériterais, toi qui es parti dans le silence et l’effroi, foudroyé à vingt ans.

Oh ! comme j’aurais aimé te prendre dans mes bras, te bercer avec douceur, te murmurer à l’oreille pour te consoler, t’apaiser, étouffer peut-être ton amertume de partir et de laisser, autour de ton lit de douleur, ces êtres éplorés aux yeux rougis et la peine au cœur.

L’émotion me déborde aujourd’hui, je pleure, ivre de tendresse pour toi, si jeune et riche alors d’une infinité de possibles, toi qui m’as sauvé, dans ta générosité ultime, d’une mort certaine. Ivre aussi de chagrin pour ta jeunesse perdue.

La gratitude est une clé magique. On la convoque et le monde appa-raît soudain comme merveilleux. Cette lueur du soir, cette fleur épanouie d’avoir bu tant de soleil, l’éclat joyeux du rire de l’enfant, la parole qui fait sens, la beauté du monde et la bonté des hommes, c’est à toi que je le dois aujourd’hui, jeune inconnu au visage d’ange. Sous mes paupières closes, c’est ainsi que je t’imagine.

Rieur et intrépide au matin, escaladant des parois abruptes ou te jouant, sur ta planche, de vagues monstrueuses. Rêveur et alangui au soir, te dessinant, dans un panache de cannabis, un avenir vibrant de prouesses.


Je ne t’ai pas connu vivant et il m’en reste aujourd’hui comme un remords, petite pierre dure et froide fichée au cœur. Car, sans le savoir, cheminant dans nos vies parallèles, nous étions destinés, malgré nos quarante ans d’écart, à nous rencontrer dans cet hôpital. Aujourd’hui, le silence t’a pris dans ses bras et moi, bardé d’appareils sur ce lit de réanimation, j’ai, envers toi, une créance de sang, jeune inconnu qui m’as légué ce cœur dont chaque battement exhale une éternelle gratitude et semble murmurer, au rythme de tranquilles pulsations :

merci pour aujourd’hui, merci pour demain, merci pour toujours.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Oscar

Le Verre Rouge

A cette époque là, un verre rouge (il y en avait peut-être eu d'autres mais ils avaient disparus au fil des années) trônait majestueusement dans la vitrine de la desserte, au milieu d'autres plus mode

Le tableau évolutif

Elle entra dans l'agence de voyages temporels et demanda un billet pour le XVI siècle. Plus personne n'entendit parler d'elle, mais un jour, dans un musée viennois, un visiteur crut voir un nouveau pe